Le feedback en entreprise : un outil de management incontournable

« Tu me fais un feedback sur le nouveau process mis en place dans l’équipe ? »

Peut-être avez-vous déjà entendu ce type de phrase au détour d’une réunion de travail. Il est même envisageable que vous ayez été le destinataire d’une telle demande. Si ce terme de « feedback » vous a laissé circonspect et vous semble encore flou, il est temps de lire les quelques lignes qui vont suivre. Résilience se propose de vous familiariser avec ce concept que tout manager se doit d’intégrer à ses méthodes d’accompagnement.

Le feedback : késako ?

Commençons par expliciter ce qu’est cette notion de feedback. Inutile de faire durer le suspense plus longtemps : il est évident que ce terme est d’ascendance anglaise. Il résulte de l’association de deux mots : « to feed » (nourrir) et « back » (en arrière). Cela étant clarifié, on peut donc traduire feedback par « rétroaction ».

Appliqué au monde professionnel, le feedback se déclinera de plusieurs façons :

  • En fournissant à un collaborateur (ou à une équipe) un retour sur les actions qui ont été entreprises ;
  • En fournissant à un collaborateur un retour suite à une communication, un discours, un comportement, etc.

Ces rétroactions ont pour objectif de permettre à leur destinataire de s’améliorer, de perfectionner ses pratiques, de se remettre en question sur la base de remarques factuelles.

Un monsieur qui montre sa satisfaction suite à un feedback positif

On distingue plusieurs types de feedback. Parmi les plus fréquemment utilisés en management, on relèvera notamment :

  • Le feedback positif, de renforcement, de motivation : va consister à appuyer sur les points forts de la personne ou du groupe de travail. Se pratique notamment pour mettre en lumière des atouts dont l’interlocuteur n’a pas forcément conscience mais qu’il se doit d’exploiter ou de consolider.
  • Le feedback correctif, de développement : va permettre à son destinataire de réajuster ses méthodes, de rectifier un comportement, une approche, etc.
  • Le feedback de recadrage: s’impose lorsqu’il s’avère nécessaire qu’un collaborateur cesse tout bonnement certaines pratiques contreproductives ou néfastes.

Il est essentiel de savoir alterner entre les différents types de feedbacks. S’il est bien entendu souhaitable que la variante dite « de recadrage » ne soit mobilisée qu’en de rares occasions, les feedbacks positifs peuvent (doivent) quant à eux être entrepris de manière récurrente.

Pour réaliser un feedback efficace…

… il faut respecter certaines règles. Ainsi, on privilégiera généralement le feedback réalisé de manière individuelle, en face à face. Dans la mesure du possible, il faut éviter les feedbacks à distance ou par mail : rien ne vaut les échanges de vive voix. Ceux-ci laissent davantage de place aux interactions et permettent à toutes les parties de s’exprimer dès qu’elles le souhaitent.

Ensuite, il est primordial d’être direct, tout en étant bienveillant. Pour cela, il faut s’attacher aux faits, et rien qu’aux faits. Forcément subjectifs, les jugements sont bien entendu à proscrire : ils nuisent à la démarche et portent souvent en eux les germes de malentendus. En adoptant des termes clairs et factuels, on limite les erreurs d’interprétation.

Enfin, le feedback doit être constructif et tourné vers l’avenir : il s’agira donc de permettre à son destinataire de définir un plan d’action consécutif à l’échange, de déterminer lui-même ses axes d’amélioration. Le cas échéant, il est tout à fait envisageable (voire conseillé) de lui suggérer des pistes de réflexion qui lui permettront d’impulser de bénéfiques changements.

le feedback, un vecteur de performance pour l'entrepriseCe que la culture du feedback peut apporter à votre entreprise

Si la culture du feedback est aujourd’hui tant répandue dans les entreprises, ce n’est pas par hasard. C’est bien parce que managers et dirigeants ont trouvé là un outil pertinent qui recèle bien des avantages :

  • Une meilleure réactivité

« Action / réaction » : en tirant les enseignements du feedback qui lui est adressé, le collaborateur est en capacité de rapidement réajuster ses pratiques.

  • Une plus grande autonomie

En s’appuyant sur des retours réguliers, se sentant en confiance, vos équipes osent davantage et prennent plus d’initiatives. Les salariés développent des mécanismes d’auto-évaluation qui les rendent plus autonomes. Ils sont également dans une véritable dynamique d’amélioration continue.

  • Un sentiment de valorisation renforcé

Quoi de plus motivant qu’un feedback positif pour avoir envie de s’investir encore plus ? Vos

  • Une communication plus aisée

Il devient plus simple pour les collaborateurs d’interagir entre eux et avec leur manager. Ils s’expriment plus facilement et de manière plus pertinente. Corollaire à cet état de fait : les tensions sont désamorcées plus rapidement.

Ainsi, le feedback permet à une organisation de gagner en performance, le tout dans une ambiance de travail saine orientée vers l’amélioration constante.

Vous aimeriez être accompagné dans la mise en œuvre de techniques de feedback dans votre structure ? Nous pouvons vous aider grâce à notre expertise en coaching et formation des managers. Contactez-nous.